Améliorer le rendement énergétique – 4e partie

This post is also available in: enEnglish deDeutsch itItaliano esEspañol

J’ai offert une formation de personnel la semaine dernière à l’un de nos clients manufacturiers afin que la haute direction et les employés puissent mieux comprendre leurs différents rôles et responsabilités dans l’administration future de leur nouvelle norme énergétique.

Pouvez-vous imaginer mon embarras généreux quand, après avoir passé une heure environ avec le conseil d’administration, j’ai été mis au défi par le MD avec « Pourriez-vous expliquer en anglais simple ce que la norme 50001 est supposée être sur s’il vous plait? »

Après avoir souhaité que le sol s’ouvrait et me l’avais plein, je me suis souvenu d’une expérience qui semblait m’offrir une corde de sauvetage et je pensais que ce que je n’avais rien à perdre de toute façon après avoir été cloué par une question comme celle-ci.

J’ai raconté une anecdote de ma jeunesse quand j’ai conduit un vieux Morris Minor qui a mangé l’essence comme si elle était hors de la mode et semblait m’assurer que j’étais en panne permanente. J’ai décidé de mener mon propre test scientifique pour savoir exactement combien la voiture était vraiment performante.

La prochaine fois que j’ai rempli, je me suis assuré de remplir le réservoir jusqu’au bord et a fait une note écrite du kilométrage sur l’horloge. J’ai ensuite conduit la voiture au travail et à l’arrière, et à cette époque, j’ai inclus quelques voyages dans un certain nombre de sites de plongée sous-marine du sud-ouest de l’Angleterre.

Quand j’ai ensuite rempli le réservoir jusqu’au bord, j’ai enregistré le volume exact d’essence requis et j’ai fait une autre note du kilométrage sur l’horloge. C’était alors un calcul simple pour déterminer la performance de mes voitures et je me rappelle que c’était une lamentable de 10 milles par gallon.

Le week-end prochain, j’ai réparé la voiture moi-même, qui, de la mémoire, a changé les bougies, l’huile moteur et les filtres, réglant les points de contact, renouvelant le bras du rotor, réglant le carburateur, réétalonnant le temps d’allumage et vérifiant les pressions des pneus.

J’ai ensuite répété le test MPG exactement comme auparavant et j’ai découvert que la performance de mes véhicules s’était améliorée à un accrocheur de 12 milles par gallon (LOL).

Je pensais que mon histoire personnelle était une excellente façon d’encapsuler le sens de la norme d’énergie ISO 50001 car il s’agit de fournir des améliorations vérifiables dans les performances énergétiques, que l’énergie soit consommée dans les bâtiments, les procédés industriels ou le transport.

L’histoire doit avoir été assez bien parce que nous avons été invités à offrir une formation énergétique à leur équipe d’installations!

Laisser un commentaire